Qui sommes-nous ?

 

Premier pôle régional par son importance et son ancienneté, la Fédération protestante d'Ile-de-France a pris la suite du Conseil protestant en Région parisienne (1993), qui réunissait les présidents régionaux de l’Église réformée, de l’Église luthérienne et de la Fédération baptiste ainsi que des représentants d’autres Églises membres de la Fédération protestante de France.

Une association loi de 1901 a été créée en 2003 et le pôle de la FPF s’est étendu à toutes les Églises et Unions d’Églises présentes en Ile-de-France.

La FPF d'Ile de France a pour but d'accompagner des services communs (aumôneries d’hôpitaux, de prisons et d’aéroport), d’assurer la représentation de la Fédération protestante de France dans certaines manifestations, de développer une présence protestante commune tant auprès du public que des autorités, de veiller à la communication et de susciter des rencontres pastorales régionales et locales. 25 Églises et Unions d'Églises en font partie, plus la radio Fréquence protestante et le Centre d’Action Sociale Protestant (CASP).

Organisation : chaque Église ou Union est représentée par un délégué qui participe à l'assemblée générale annuelle. C'est celle-ci qui élit le Comité  directeur pour 4 ans renouvelable. Les informations sont envoyées aux représentants des Eglises qui vont les diffuser auprès des paroisses et communautés.

Calendrier

   
• Numéro d'urgence des aumôniers d'hôpitaux
   Conservez et diffusez ce numéro : 06 32 50 09 45

 

 

                                                                                                                                       Photo Gérard Boniface

Culte du Souvenir

Ce culte à la mémoire des "Morts pour la France" a lieu deux fois par an à l'occasion du 8 mai et du 11 novembre dans des églises ou temples différents, suivant la diversité des confessions dans la Fédération protestante de France. Le 12 novembre 2017, ce culte a réuni à l'église protestante unie Saint-Jean plus d'une centaine de personnes, officiers, dignitaires, aumôniers aux Armées, représentants du gouvernement... et d'associations d'anciens combattants avec leurs drapeaux.

 

 
Protestants en fête


Le protestantisme français commémore ses 500 ans d’existence à Strasbourg les 27, 28 et 29 octobre  pour la 3ème édition du rassemblement Protestants en fête ; 3 jours de fête, de réflexion, de témoignage et d’engagement pour vivre la fraternité et porter ensemble la question de la Genèse : « Qu’as-tu fais de ton frère ? » (Genèse 4.10)
La richesse et la diversité du programme proposé lors de cet événement - festif, artistique, historique, culturel, musical, social, éthique, cultuel et spirituel, œcuménique et interreligieux…- rappelle la longue tradition protestante à être force d’interpellation et de participation au débat public et à contribuer à l’enrichissement de la société vers un monde plus fraternel.
Protestants en fête à Strasbourg est le Temps fort de cette année « Protestants 2017, 500 ans de Réformes, vivre la fraternité». Evénement national organisé par la Fédération protestante de France, ouvert à tous, il rassemblera plus de 10 000 participants. La première édition de cet événement s’était déjà déroulée à Strasbourg en 2009 suivie en 2013 par celle de Paris.

 

 Toujours d'actualité

• Fréquence protestante,  c'est la radio qui vous écoute sur 100.7 FM et aussi sur www.frequenceprotestante.com
Ecoutez-la tous les jours de 12h à 14h30, le samedi de 12h jusqu'au dimanche  à 5h30 et le lundi de 20h45 à 5h30.
C'est votre radio avec beaucoup d'émissions sur de nombreux sujets dans l'actualité et aussi des cycles bibliques.
Prenez connaissance des programmes sur le site internet, écoutez et réécoutez Fréquence protestante.
Le 4è jeudi de chaque mois à 14h, la Fédération protestante d'Ile-de-France a une émission sous le titre "Eglises ensemble". Si vous souhaitez participer à une émission, parler de votre Eglise, parler de vos expériences, contactez-nous fpf-iledefrance@orange.fr

Dépliant Fédération protestante-Ile-de-France. Nous l'envoyons à tous les représentants des Eglises en Ile-de-France. Si vous le désirez, nous vous l'enverrons par mail ou par la poste.

• Mise à jour du listing 2017-18
Si vous avez des changements de lieu, de téléphone, d'e-mail, signalez-le au secrétariat (
fpf-iledefrance@orange.fr).
Ce listing par départements et par communes permet de trouver les différentes églises protestantes suivant le lieu. Sont mises à jour le 28 février 2017 : l'Eglise protestante unie de France, la Fédération des Eglises baptistes de France, l'Union des Eglises Evangéliques Libres.

 

 En 2015, Jérémie Chamard devient président de la FP d’Ile-de-France

Le 16 juin, le Comité directeur de la Fédération protestante d’Ile-de-France a été amené à choisir un nouveau président car Philippe Leduc, élu en 2014, a démissionné, son Eglise  l‘envoyant à Bruxelles.
C’est Jérémie Chamard, représentant des Eglises évangéliques libres, qui a été élu. Ces Eglises, nées du Réveil du XIXè siècle, ont conservé leur indépendance lors de la création de l’Eglise réformée  de France, en 1938
 Fils et petit-fils de pasteur libriste, Jérémie Chamard, 36 ans, marié, père de deux enfants, se reconnaît tout à fait dans la devise de son Eglise : « Dans les choses importantes, Fidélité ; dans les choses secondaires, Liberté ; en toute chose, Charité ». Il se réjouit de l’ouverture  que donne la Fédération protestante à des Eglises souvent très proches. Il pense qu’à partir des pastorales existantes (ou à créer), il est possible de stimuler les échanges entre églises locales, en particulier dans les banlieues éloignées de la capitale – il est lui-même pasteur à Bouffémont, Val d’Oise.
Le Comité directeur se compose de  seize délégués représentant les 26 Eglises ou Unions d’Eglises de la FP –IDF plus des invités permanents.

 
Jérémy Chamard                   Ambiance studieuse

Le Comité                                                                                                     ( Photos Gérard Boniface )

 

 

Pastorale 2015 : gestion des Eglises et Paris Climat

C’est l’Eglise protestante allemande de Paris de la rue Blanche qui accueillait la journée pastorale d’Ile-de-France le 9 avril et c’est son pasteur, le Dr Martin Beck, qui a ouvert la matinée par un rapide historique de cette Christuskirche.
Le premier thème étant l’argent de l’Eglise et le mode de rémunération des pasteurs, le président Philippe Leduc propose l’image du pasteur « serviteur » (Mt 20, 26) et parle du bonheur de donner : le repas sera offert à tous et l’équipe qui l’a préparé fait don de son travail.
• Bertrand de Cazenove (Eglise protestante unie) débute avec le modèle  centralisé et hiérarchisé : la paroisse assure sa gestion et  envoie à son Eglise une part importante de ses recettes pour couvrir les dépenses communes (enseignement, synodes, représentations) ; les pasteurs reçoivent tous la même rémunération, quelle que soit leur fonction.

 

 
Philippe Leduc, Bertrand de Cazenove

 
Ivan Carluer                                                   Vincens Hubac entre Patrick Lagarde et Samuel Foucachon

90% de la recette
• Ivan Carluer (UECE/ADD) prône un modèle américain qui prend le contrepied de l’égalité des salaires pour favoriser l’efficacité et encourager l’expression des dons personnels. La paroisse garde 90 % de ses recettes, qu’elle partage en trois : rémunération des ministères pastoraux, rémunération des autres ministères (par contrats) et investissements immobiliers.
L’assistance réagit aux questions de salaires, de contrats. Vincens Hubac remarque que Jésus appartenait à la classe moyenne et qu’il avait un trésorier : il n’était pas pauvre.
• Patrick Lagarde (UFA) décrit le système adventiste comme hyper centralisé : la paroisse envoie 90 % de ses gains à la Fédération, qui assure le paiement des pasteurs, le fonctionnement des églises et entretient des écoles et des hôpitaux, cela au plan mondial (14 millions d’adventistes dans le monde, 10 000 membres en France). Un  autre monde.

 
Patrick Lagarde                                                                        Marc Deroeux

• Marc Deroeux (FEEBF) explique que la Fédération baptiste a adopté depuis 2004 un fonctionnement communautaire : l’église locale paie son pasteur (jusqu’alors rétribué par la Fédération), ses charges, etc. et décide du montant de sa participation fédérative. Rien n’est imposé, sauf 3% des recettes affectées au patrimoine commun. Ce modèle est proche de celui des unions d’Eglise.
L’assistance réagit sur les avantages de la liberté - pour le pasteur qui n’a pas sa paroisse pour patron –ceux de la sécurité et de la solidarité. Pierre de Mareuil aimerait savoir comment expérimenter le système  d’Ivan Carluer.

 
Aude Millet-Lopez                         Michel Rayroux

Après le déjeuner – merci à Emil Lazar – place à Paris Climat 2015. Aude Millet-Lopez, chargée de communication de la FPF, explique les enjeux de cette réunion de l’ONU (28 novembre-12 décembre), parle de l’engagement  de la FPF depuis le jeûne pour le climat jusqu’à la mobilisation actuelle qui veut amener vers Paris le plus de gens possible pour obtenir de vrais résultats. De Norvège par le Danemark, de Finlande et Suède, les Eglises organisent des pèlerinages vers  Paris ; d’Angleterre et d’Italie, d’Afrique, on se prépare. Le mouvement est largement œcuménique et s’étend vers l’inter-religieux.
Michel Rayroux, spécialiste de l’organisation d’événements, vient de participer à une réunion collective afin de coordonner les nombreuses initiatives. Il  donne des précisions, annonce des veillées et parle de la recherche de lieux d’accueil.

 
Alice Ollagnon                          Adrien Chaboche

La jeunesse n’est pas en reste, Alice Ollagnon et Adrien Chaboche apportent l’engagement des éclaireurs unionistes EEUdF alliés aux scouts catholiques.
C’est sur ces notes d’espérance que se termine la pastorale. (photos Gérard Boniface)

  

Le 6 novembre 2014 à l’Arc de Triomphe

A la demande de l’aumônerie aux Armées, c’est  la Fédération protestante de France avec son président François Clavairoly qui a ranimé la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe de l’Etoile le jeudi 6 novembre. Cérémonie très ritualisée, soutenue par la musique des Pompiers de Paris, elle a fait participer des enfants, des éclaireurs (et éclaireuses), des anciens combattants, des représentants d’association et plus d’une centaine d’invités. Stéphane Rémy, aumônier en chef, l’avait placée sous le signe du bleuet de France, symbole de l’aide apportée aux blessés de guerre – ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui. Ce sont deux enfants qui ravivèrent la flamme avec le président Clavairoly, scellant le souvenir des anciens et la transmission des valeurs.
Après la cérémonie, un verre de l’amitié permit de se retrouver au temple de l’Etoile, avenue de la Grande Armée.
Question : qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans cette cérémonie ? Réponse 1 : qu’on ait arrêté la circulation avenue des Champs Elysées pour laisser passer notre cortège. Réponse 2 : qu’on ait chanté A toi la gloire sous l’Arc de Triomphe. 

Film sur le déroulement de la cérémonie. ( photos Gérard Boniface )

    

 

 

                                                                                                    

L'EGLISE ADVENTISTE DE BAGNOLET

Jour de joie le samedi 13 septembre pour l’inauguration de cette église qui a demandé près de quatre ans de travaux et de soins pour transformer une ancienne usine de chaussures en une maison de prière claire et lumineuse. Ainsi l’église dite de Paris-Est, installée depuis quarante ans au Faubourg Poissonnière, quitte Paris pour devenir l’église de Bagnolet au 142 avenue Gambetta. Un grand merci à tous ceux qui, parfois dans l’ombre, ont donné de leur temps, de leur argent, de leur énergie pour parvenir à ce résultat. Culte, concert et fête C’est Eddy Carnera qui présidait la cérémonie d’inauguration en tant que pasteur de la nouvelle église, à laquelle il avait déjà beaucoup apporté. De nombreuses personnalités ont marqué leur intérêt pour cette installation, qu’il s’agisse de la municipalité de Bagnolet, des autorités religieuses locales, du président de la Fédération protestante de France, le pasteur François Clavairoly, ainsi que de nombreux pasteurs qui avaient travaillé à Paris-Est, au secrétaire de la Fédération adventiste du Nord de la France Olivier Maire, et à son président Gabriel Goléa, qui a donné la prédication. La cérémonie a été suivie d’une collation et d’un repas sous forme de buffet puis d’un concert offert à 17h par la chorale fédérale Symphonia, dont les membres sont venus spécialement de tous les coins de France.

                                                                                                                          

      Les présidents Gabriel Goléa et François Clavairoly. 

          

La chorale fédérale Symphonia.

 

PASTORALE FÉDÉRATIVE DU 21 MARS 2013

Une nouvelle formule était proposée en groupant la conférence pastorale annuelle avec l'assemblée générale statutaire, et un déjeuner entre les deux. Cela dans la Maison des UCJG, rue de Trévise.
La pastorale s'adresse à tous les pasteurs de la Région parisienne et l'A.G. aux délégués des Églises/Unions d'églises, ce qui a permis de se retrouver nombreux au repas. L'attrait de la pastorale venait de la disponibilité du président de la Fédération protestante de France Claude Baty et de celle de François Clavairoly, qui prendra sa suite en septembre.

Le Pasteur Claude BatyLe Pasteur Claude Baty

Deux présidents et un quiz 
Le quiz animé par Daniel CassouLe moment cultuel permit à Emmanuel Botolo de prôner « l'harmonie dans la diversité », une jolie formule conclue par un cantique. Le président en exercice parla des services de la Fédération, de son ouverture aux œuvres et aux Églises évangéliques, de son rôle dans la représentation du protestantisme... Il détailla sa journée de la veille, montrant la variété des problèmes qu'il doit traiter. Une question de l'assemblée amena Claude Baty à expliquer comment sont nés le Conseil d'Églises Chrétiennes en France (CECEF) puis la Conférence des Responsables de Culte en France.

Yves Parrend, secrétaire général de la FPF, précisa la composition de l’assemblée générale et celle du Conseil, puis un quiz "la FPF pour les nuls" remporta les suffrages, et les sourires.

 

Eric Schlumberger parla de Protestants en Fête, des questions pratiques et financières : c'est Paris qui invite la France protestante à faire la fête en septembre 2013.

Un buisson de noisetiers

François Clavairoly: 'Soyez prudents !'Après le déjeuner, la réunion pastorale reprend avec François Clavairoly. Membre de la commission de dialogue avec le judaïsme, engagé dans l'œcuménisme, il parle des missionnaires protestants qui se retrouvaient jadis en Afrique avec des collègues d’autres confessions, et jetèrent les bases de l'œcuménisme. Au lieu d'un arbre généalogique, il voit le christianisme sortir d'un buisson de noisetiers : chaque tronc naît de la Parole. Œcuménisme et interreligieux voisinent et notre FPF doit favoriser les dialogues.
 
A la question du mariage pour tous, François Clavairoly répond : "C'est sur la bénédiction que nos Églises devront se prononcer" et il conseille d’être prudent dans nos propos plutôt que de vouloir parler davantage.

Que pense le nouveau président des pôles fédératifs ? Qu'ils sont nécessaires pour rassembler par régions, villes ou secteurs les différentes Églises de la FPF et leur permettre de se connaître. L'assistance va se séparer, les délégués des Églises restant pour l'assemblée générale.
                                       


ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Mas Miangu parle de l'aumônerie des prisonsLes délégués  des Eglises et Unions d’Eglises protestantes en Région parisienne ont entendu le rapport du président Jean-Frédéric Patrzynski sur les activités de l’année écoulée puis les rapports des aumôneries  - hôpitaux (Jean-Charles Tenreiro), prisons (Mas Miangu), aéroports (Bernard Jornod). Il manquait l’aumônerie aux Armées, absente pour cause de réunion en province.
L’assemblée a reçu l’Église de Pentecôte de France, que la Fédération protestante de France a admise en probation en février 2013. Cette Église originaire du Ghana existe en France depuis 1993 ; elle était représentée par Jonathan Akpotosu.
Notre pôle Ile-de-France compte maintenant 23 Eglises et Unions d’Eglises plus 3 Eglises en probation.

Elisabeth Hausser. Photos: Gérard Boniface

PASTORALE FÉDÉRATIVE du 12 AVRIL 2012

 C'est à la Maison de l'Espérance des Eglises adventistes qu'avait lieu cette journée présidée par le pasteur Jean-Frédéric Patrzynski, président de la FP-RP, sur le thème "L'État et nous : vivre sa foi dans une société laïque", qui réunit près de 80 pasteurs d'Églises différentes.

Le citoyen dans la cité

Frédéric de ConinckLorateur était Frédéric de Coninck, sociologue, spécialiste des modes de vie et des futurs urbains, écrivain, mennonite engagé dans son église. Il aborda de façon biblique puis historique la méfiance des protestants vis-à-vis du pouvoir, la hantise des guerres de religion qui persiste en Europe, la nécessité dans une société pluri-religieuse d'établir des règles pour vivre ensemble, la laïcité comme "compromis fragile mais le seul possible". En tant que citoyen, le protestant doit tenir sa place dans la cité, assumer son côté minoritaire, formuler ses convictions en termes laïcs

Cela amena des questions, une définition de l'espace public comme lieu l'on est capable de donner ses raisons, de débattre ; la difficulté pour les classes défavorisées de se faire entendre à l'église, les positions "plutôt séparatistes" des Églises pentecôtistes qui évoluent et ont du mal à s'expliquer ; et des exemples de dérives : le pouvoir haïtien qui s'appuie sur le vaudou, un président malgache chef d'une ÉgliseA propos des engagements politiques, "Il n'y a pas de politique chrétienne, il n'y a que des chrétiens".

 

Des fêtes pour demain

Marianne Guéroult parlant pour Mosaïc, quitta l'aspect théorique pour évoquer les difficultés pour les "jeunes communautés" de trouver des lieux de culte face aux réticences des municipalités (le drame de Stains datait de quatre jours). Il y eut également une présentation par Christian Barbéry du Jour du Christ, du rassemblement œcuménique du 2 juin prochain, et un développement par Eric Schlumberger de "Protestants en Fête 2013", sa soirée festive, ses villages, ses animations et son culte, dont le programme musical se prépare dès maintenant sous la responsabilité de Gill Daudé.

 

La liberté du chrétien

Second intervenant, Jean-Frédéric Patrzynski fit partager sa vision du chrétien face aux pouvoirs. Comme un être humain est corps et esprit, le temporel et le spirituel ne se séparent pas, tous deux créés par Dieu ; en voulant servir Dieu, le chrétien sert son prochain, soutient le pauvre, l'abandonné. A l'égard des autorités, il est libre : il va les soutenir par la foi, prier pour elles, mais ne peut pas leur faire confiance, et son obéissance s'arrête lorsque les actions du monde ne respectent plus la volonté du Seigneur, il combat alors tout pouvoir qui ne serait pas conforme à la volonté de Dieu : il est "un insoumis de Dieu".

Dit avec fougue, c'était impressionnant, l'exemple étant l'attitude de l'Église allemande qui laissa Hitler au pouvoir, à côté de l'Église confessante persécutée.

On termina par des nouvelles des Églises, changements dans les présidences, remaniements, réunions prochaines, relance de la lecture de la Bible. Et certains demandèrent : à quand la prochaine pastorale ?

Elisabeth Hausser

 

LE DÉFI DE L'IMMIGRATION

LE DEFI DE L'IMMIGRATION 

Thèmes de la conférence pastorale du 21 octobre 2010 : les communautés étrangères et les églises installées partagent la même foi, souvent les mêmes lieux de culte ; après deux générations, qu'en est-il des influences réciproques ?

L'avenir est dans la mixité
     Majagira Bulangalire, président de la CEAF, Communauté des Églises d'Expressions africaines en France, parle net, assène de bonnes formules. Les Africains sont venus en France par vagues ; avec chaque vague, la culture a changé. Il y a trente ans, on parlait d'assimilation ; maintenant, on parle d'intégration, de coopération.
    La mission consiste à agir ensemble pour que l'Evangile puisse toucher plus de personnes. L'église est un lieu de transformation, c'est le lieu d'une réalité en mouvement qui appelle à créer du nouveau. La vraie culture se développe dans les banlieues avec des gens d'origines très différentes : d'une mosaïque de cultures naît une autre culture.

Au quotidien
    Quatre ateliers - animés par Marianne Ouattara-Guéroult, Jean-Claude Dibundu, Jean-Luc Blanc et Emil Lazar - ont apporté du vécu à cette mixité. Entre une communauté ethnique et l'église qui lui loue une salle, il y a toujours un rapport de force. La communauté ethnique est nécessaire, elle doit organiser en même temps le culte et la catéchète des enfants puis rapidement, rejoindre une fédération ayant des bases françaises.
    Comment peut-on se rencontrer ? sur des intentions de prière portées par toute la communauté, sur la musique, essentielle à toute culture, en créant une chorale : va-t-on chanter du Bach avec     une touche africaine ? faire du patchwork ? Comment s'enrichir l'un l'autre sans se trahir ?

 Les flux migratoires
    Catherine de Wenden, politologue, chercheuse au CNRS, a dressé le tableau de la mobilité à l'échelle du monde. Chiffres impressionnants : 740 millions de personnes concernées, le tiers des migrations se fait du sud vers le nord, l'Europe reçoit plus de migrants en un an que le reste du monde...
    On migre à cause d'une forte natalité, à cause de catastrophes naturelles d'événements politiques. Et parce qu'on refuse de vivre dans un pays pauvre et gouverné par la corruption : la mobilité est une revendication alors que deux habitants du monde sur trois ne peuvent pas se déplacer librement. Les politiques n'ont pas vu venir le changement. L'argent envoyé par les migrants permet sur place de mieux vivre :les transferts de fonds représentent 328 milliards de dollars à l'échelle mondiale... A suivre sur le site www.ined

    L'ambiance de cette pastorale était amicale et consciente : différents mais unis dans l'Église du Christ, on se voyait par les yeux des autres. Comme l'a dit Majagira Bulangalire : L'autre est frère et sœur ; je dois recevoir comme je dois donner.

 

Assemblée générale 2011

 Elle s’est tenue le 2 mars 2011 à la Maison du protestantisme, sous la présidence du pasteur Bernard Jornod.

15 délégués d'Églises ou Unions étaient présents, ainsi que les représentants des aumôneries et de Mosaïc.
• David Vincent, qui représente la Mission évangélique Tzigane Vie et lumière, était pour la première fois parmi nous. 

• Après le moment de prière conduit par Marie-France Robert, Bernard Jornod a rendu compte de l'année 2010, marquée par l'ouverture de nouveaux lieux de culte en région parisienne, par la pastorale fédérative du 21 octobre sur "L'immigration, un défi pour les Eglises" suivie par plus de 70 personnes, par un travail de communication des aumôniers d'hôpitaux et par l'annonce du rassemblement "protestants en fête" à Paris en 2013.

Syndiquer le contenu